Les élèves de 1S1 reçoivent le prix spécial Alfred MARTIN au CNRD 2015-2016

Par CYRIL BROSSARD, publié le vendredi 3 juin 2016 16:41 - Mis à jour le samedi 4 juin 2016 07:50

Les élèves de 1ère S1 du lycée Jan Lavezzari ont reçu le Prix spécial "Alfred Martin". Félicitations à eux pour leur beau travail! 

Vivre Libre ou Mourir pour la patrie, j'écris ton nom liberté! 

 

Les élèves de 1S1 de notre lycée, marqués par les attentats de Janvier  et de Novembre 2015 se sont portés volontaires pour participer au Concours National de la Résistance et de la Déportation dont le thème est « Résister par les arts et la littérature ».

Face aux attentats de 2015, les élèves se sont réfugiés dans les productions écrites, les dessins, les poèmes pour transmettre leurs émotions, leur compassion, leur attachement à certaines valeurs qui fondent notre pacte républicain, notre vivre ensemble… Ils ont pris la mesure du choc de 2015... Et ont voulu comprendre celui de 1940-1945 et les réactions qu’il avait suscitées, les valeurs qu’il avait réactivées.

Les élèves ont travaillé sur la poésie de la famille Bommier-Havet, famille résistante du Pas-de-Calais qui a sauvé de nombreux aviateurs britanniques et rédigé de nombreux poèmes patriotiques et antivichystes avant d'être arrêtée puis déportée.

Les élèves ont ensuite étudié les dessins inspirés du Génie de la Patrie, La Marseillaise  sculpté sur l'Arc de Triomphe de Paris et qui servit de figure patriotique pour illustrer les tracts de la France Libre. Ils ont analysé l'oeuvre Vivre Libre! de Jean RENOIR dont le cinéma a contribué à l'effort de guerre américain. Ils ont chanté le beau Chant des Partisans adapté ensuite par le groupe Zebda pour en faire un hymne à la tolérance et à la fraternité.

De plus, dans un esprit de construction européenne, les élèves ont voulu « jeter des ponts » en direction de l’Allemagne, pays dans lequel des Résistantes et Résistants au nazisme, ont également utilisé l’art et la littérature pour résister, à l'exemple du mouvement de la Rose Blanche de Hans et Sophie Scholl reprenant les écrits de Goethe

« L’heure est venue où je retrouve
mes amis assemblés dans la nuit
pour le silence sans sommeil,
et le beau mot de liberté,
on le murmure, on le bredouille,
jusqu’à la nouveauté inouïe…
 »

Ils ont comparé ce poème à celui de "Liberté" de Paul Eluard paru aux éditions La main à la plume en avril 1942.

Nous dédions ce travail aux victimes des attentats de 2015 et adressons toutes nos pensées aux familles des victimes.

Leur professeur, C.Brossard.

Pièces jointes
Aucune pièce jointe