La 2de SPVL 2e prix départemental du CNRD 2015-2016

Par CYRIL BROSSARD, publié le vendredi 3 juin 2016 16:06 - Mis à jour le vendredi 3 juin 2016 16:45

Remise de prix pour la 2SPVL

Grande victoire pour les élèves de 2SPVL (EKova,Lorry, Nicolas, et Romain) et leur professeur M.Lannoote.

L'exposition les poètes dans la rue a remporté le deuxième prix départemental du concours national de la résistance.

  • Et si les poètes avaient eu la possibilité de descendre dans la rue ?
  • Qu’auraient-ils fait pour exprimer ce sentiment de Résistance ?
  • Comment l’appel à la résistance, la colère, la tristesse et  l’espoir se seraient exprimés ?
  • Et si les mots pouvaient être des armes face à l'horreur, la guerre, la torture ?

La poésie de la Résistance a de particulier qu’elle n’est pas faite pour être lue mais avant tout entendue. Le poète veut rassembler, persuader, combattre.La poésie ne se comprend pas comme le théâtre ou le roman. D’où la nécessité d’insister sur l’importance de lire et dire des poèmes avant d’entamer le concours du CNRD

Voici un des textes de l'anthologie constituée par la 2SPVL

 « Ce cœur qui haïssait la guerre… »

Ce coeur qui haïssait la guerre
voilà qu'il bat pour le combat et la bataille !
Ce coeur qui ne battait qu'au rythme des marées, à celui des saisons,
à celui des heures du jour et de la nuit,
Voilà qu'il se gonfle et qu'il envoie dans les veines
un sang brûlant de salpêtre et de haine.
Et qu'il mène un tel bruit dans la cervelle que les oreilles en sifflent
Et qu'il n'est pas possible que ce bruit ne se répande pas dans la ville et la campagne
Comme le son d'une cloche appelant à l'émeute et au combat.
Écoutez, je l'entends qui me revient renvoyé par les échos.


Mais non, c'est le bruit d'autres coeurs, de millions d'autres coeurs
battant comme le mien à travers la France.
Ils battent au même rythme pour la même besogne tous ces coeurs,
Leur bruit est celui de la mer à l'assaut des falaises
Et tout ce sang porte dans des millions de cervelles un même mot d'ordre :
Révolte contre Hitler et mort à ses partisans !
Pourtant ce coeur haïssait la guerre et battait au rythme des saisons,
Mais un seul mot : Liberté a suffi à réveiller les vieilles colères
Et des millions de Francais se préparent dans l'ombre
à la besogne que l'aube proche leur imposera.
Car ces coeurs qui haïssaient la guerre battaient pour la liberté
au rythme même des saisons et des marées,
du jour et de la nuit.

 

Robert Desnos, 1943 (paru dans L’Honneur des poètes)

 tirés de 100 poèmes de la Résistance, Alain Guérin, Omnibus 2008

Voici les photos tirées lors de la réception à la préfecture d'Arras où ils ont reçu le prix du CNRD.

 

 

Pièces jointes
Aucune pièce jointe