Le MAC v

Riley

Par anim2 Lemaire, publié le vendredi 27 novembre 2015 11:06 - Mis à jour le lundi 14 décembre 2015 17:43

Bridget Riley - Blaze 1

 

Bridget Riley est une artiste peintre née le 24 Avril 1931 à Norwood en Angleterre,

Son œuvre, fondée sur des formes géométriques et des effets d'optique, s'inscrit dans le mouvement Op Art. Riley a étudié au Cheltenham Ladies' College puis au Goldsmiths College de 1950 à 1952 et au Royal Collège of Art de 1952 à 1955 avec notamment Peter Blake et Frank Auerbach. Elle quitte rapidement le Collège pour aider son père souffrant et passe par une dépression. Rétablie, elle cumule plusieurs travaux : professeur d'art, département artistique de l'agence de publicité JWT entre autres.

 

Mouvement artistique

 

L’op art ou art optique est une expression utilisée pour décrire certaines pratiques et recherches artistiques faites à partir des années 60, et qui exploitent la faillibilité de l'œil à travers des illusions ou des jeux optiques.À la différence de l'Art cinétique ou Cinétisme, dont les premières manifestations remontent aux années 1910 avec le futurisme, puis certaines œuvres de Marcel Duchamp ou d’Alexander Calder où l'œuvre est animée de mouvements, les effets d'illusion que produisent les œuvres d'op art restent strictement virtuels, seulement inscrits sur la surface de la rétine. L'œil est le moteur de l'œuvre. Il existe des œuvres combinant les deux procédés ; pour les qualifier on parle d'« art opticocinétique ».

 

Blaze 1

 

 

Blaze 1 appartient au mouvement Op Art et mesure 530x521 mm.

Sur cette œuvre on peut voir des lignes en spirales qui vont en profondeur ce qui crée une illusion d'optique. Sur ces lignes ; il y a des rayures noires et blanches. Pour donner un effet de profondeur, l'artiste a peint les lignes de plus en plus petites jusqu'à ce qu'on ne les distingue presque plus. Au bout d'un moment on distingue un trou, une absence de lignes ce qui a pour but de renforcer l'idée d'un mouvement sans fin.

Riley dans ses œuvres utilise beaucoup de lignes géométriques, de plus elle utilise toujours les mêmes couleurs le noir et blanc. Bridget Riley utilise des formes géométriques de façon à créer une illusion d'optique ou donner une certaine profondeur à l’œuvre.

 

Je pense que cette œuvre est assez intéressante car quand on la regarde on a l'impression que la spirale ne s’arrête jamais. L’auteur a bien su créer un effet d’optique intéressant mais aussi de la profondeur à son œuvre

De plus elle n’a pas utilisé de couleurs mais seulement du blanc et noir. Quand on fixe les rayures de l’œuvre on a l’impression qu’elles sont légèrement en mouvement.

Cette œuvre de Bridget Riley est exposée à New York.

 

Bridget Riley s’est essayée à d’autres œuvres avec de nombreux points communs comme « movement in squares » en 1961 qui utilise aussi des couleurs similaires.

 

Article écrit par Clément Fasquel

Pièces jointes
Aucune pièce jointe